切り切りMme

自作の切り絵を紹介する

作品が出来るまでー屋根瓦④

没後15年記念「東山魁夷と日本の四季」の山種美術館で、何より引き付けられたのが「年暮る」。川端康成氏に「京都は今、描いていただかないとなくなります。京都のあるうちに描いておいて下さい」「京洛の四季」として、最初に手掛けたのがこの「年暮る」と「春静」だったそうです。

当時の京都ホテルの屋上から東山方面の木造の家々の屋根だけが並んだ町並みを見た風景。年の暮れに雪がしんしんと降る静謐。

漸く、この程度で黒紙を切るのは収めることにします。自転車と足を伸ばして座り込んでいる子供はさてどこに居るのか分かるでしょうか。昨日迄は、下絵を貼っていたので裏から撮影していましたが、下絵を剥がし、今回は表から撮影したので、絵が逆転しています。

f:id:masasarah:20150327233719j:plain

 

Nuit de neige

La grande plaine est blanche, immobile et sans voix.
Pas un bruit, pas un son ; toute vie est éteinte.
Mais on entend parfois, comme une morne plainte,
Quelque chien sans abri qui hurle au coin d’un bois.

Plus de chansons dans l’air, sous nos pieds plus de chaumes.
L’hiver s’est abattu sur toute floraison ;
Des arbres dépouillés dressent à l’horizon
Leurs squelettes blanchis ainsi que des fantômes.

La lune est large et pâle et semble se hâter.
On dirait qu’elle a froid dans le grand ciel austère.
De son morne regard elle parcourt la terre,
Et, voyant tout désert, s’empresse à nous quitter.

Et froids tombent sur nous les rayons qu’elle darde,
Fantastiques lueurs qu’elle s’en va semant ;
Et la neige s’éclaire au loin, sinistrement,
Aux étranges reflets de la clarté blafarde.

Oh ! la terrible nuit pour les petits oiseaux !
Un vent glacé frissonne et court par les allées ;
Eux, n’ayant plus l’asile ombragé des berceaux,
Ne peuvent pas dormir sur leurs pattes gelées.

Dans les grands arbres nus que couvre le verglas
Ils sont là, tout tremblants, sans rien qui les protège ;
De leur oeil inquiet ils regardent la neige,
Attendant jusqu’au jour la nuit qui ne vient pas.